SUCCÈS et REVERS

La guerre d'Algérie terminée, malgré les séquelles qu'elle aura laissées, De Gaulle va s'efforcer de redonner à la France la place qu'il estime qu'elle doit avoir dans le monde et surtout son indépendance vis à vis de l'Allié américain.

Une des mesures les plus imprtantes sera le rapprochement France-Allemagne afin que les affrontements de 1870, 1914-1918 et 1939-1945
ne se reproduisent plus.
Le 22 Janvier 1963 sera signé le traité franco-allemand, base de départ pour une future Europe.




Le Chancellier allemand Adenauer
et le Président De Gaulle




De Gaulle en Amérique du Sud


En 1964 et 1965 il effectue une série de voyages pour développer sa politique, en Europe, en Amérique, en U.R.SS. et en Asie.

- En 1965 la France est le premier pays d'Europe
à "reconnaître" officielement la Chine de
Mao Tsé-Toung (Mao Zédong). -
Il est partout triomphalement accueilli, particulièrement en Amérique du sud et au Québec où il prononce son fameux "Vive le Québec libre !"

Il favorise aussi la recherche nucléaire et crée
la" force de frappe", dissuasion militaire pour soustraire le pays à la domination américaine,
et retire progressivement la France de l'OTAN (Traité Atlantique Nord), gèré par les Etats-Unis.

En Décembre 1965 : Elections présidentielles.
1er Revers pour le Général qui n'est pas élu au 1er tour
(<45% des voix, contre >31% à F.Mitterand et>15% à J. Lecanuet) .
Il sera élu au second tour avec 55,2 % des voix.
La situation sociale en France est tendue ;
la Gauche reproche à De Gaulle son Régime présidentialiste et active les Syndicats pour provoquer diverses grèves.

Le 3 Mai 1968 la Sorbonne est occupée par les Etudiants... et libérée par la Police.
Le 13 Mai c'est une Manifestations générale Etudiants-Ouvriers, ...
La Grève se généralise à tout le pays.
La France est paralysée. Le 1er Ministre
G. Pompidou discute avec les Syndicats mais, malgré des concessions importantes, en pure perte.

Le 29 juin, coup de tonnerre, le Général a quitté le pays (il s'est rendu en Allemagne auprès du Général Massu, constatant la situation insurrectionnelle et prêt à réagir dans la légitimité de ses prérogatives si besoin était).

Le 30 une manifestation monstre, organisée par les partisans de De Gaulle est organisée aux Champs-Elysées. Le Général rentre à Paris.
La révolte "se dégonfle" ; des accords sont en vue. La situation est rétablie.



Manifestation, 13 Mai 1968


Vote au Référendum du 27 Avril 1969

LE DÉPART

En Juin 1968 les Elections Législatives
sont remportées par la majorité gaulliste.

G.Pompidou et plusieurs autres ministres importants
sont évincés du nouveau Cabinet.
L'ex-premier ministre ne cache plus alors son intention de succéder au Général lorque celui-ci quittera le Pouvoir, ce qui n'est pas encore d'actualité mais va vite le devenir.

En effet, malgré des essais de réforme, De Gaulle ne semble plus en phase avec son temps ; il doit faire face aux oppositions systématiques des partis... et à la versatilité bien connue des Français pour qui le souvenir des services rendus est vite effacé.

En 1969 il décide d'organiser un Référendum sur la Régionalisation et la réforme du Sénat.
Le projet, mal compris, peut-être mal expliqué,
est soumis au Peuple le 27 Avril 1969.

- Le Général a mis son poids dans la balance
en indiquant bien qu'en cas de rejet
il quitterait le Pouvoir. -

Par 52,41% des voix le Référendum est repoussé.
Par ce bref communiqué De Gaulle démissionne aussitôt: "Je cesse d'exercer mes fonctions de Président de la République. Cette décision prend effet aujourd'hui à midi (le 28). Charles De Gaulle."

Après 11 années à la tête du pays il se retire définitivement à Colombey.
Il se gardera dès lors de participer à toute Cérémonie officielle, se consacrant à l'Ecriture.

Le 15 Juin 1969 Georges Pompidou est élu
Président de la République.

SUITE ---->